Contact

Détente et consolidation des coûts de construction à un niveau élevé

Bild 2

La hausse des prix de la construction a été freinée, comme le montrent les derniers chiffres de l'Office fédéral de la statistique (OFS). L'année dernière était encore placée sous le signe de la flambée des coûts de la construction due à la pénurie de matières premières l'année précédente. Une stabilisation se dessine désormais. Il ne faut pas s'attendre à une baisse des prix, mais tout de même à une accalmie à un niveau élevé. Cette évolution, associée à des conditions de financement plus avantageuses, facilite à nouveau le calcul des coûts de développement de projets. Les prix des matériaux, qui restent toutefois élevés, vont de pair avec les préoccupations en matière de durabilité et devraient continuer à faire progresser l'économie circulaire.

Renchérissement de la construction : caprice des prix amorti en 2022

Le renchérissement supérieur à la moyenne dans la construction continue de préoccuper les développeurs de projets et les investisseurs immobiliers. Mais le choc de 2022, dû à une pénurie drastique de matières premières, est désormais digéré et, selon les dernières évaluations de l’Office fédéral de la statistique (OFS), la hausse des prix entre avril et octobre 2023 est encore de 0,6 et 1,4 % par rapport à l’année précédente. Ainsi, le renchérissement de la construction à court terme a même été un peu plus faible que le renchérissement général (1,6 %) sur la même période. L’année 2023 a toutefois continué d’être marquée par une certaine paralysie, qui s’est manifestée dans différents secteurs de l’immobilier : tant au niveau des transactions, dont le nombre était nettement inférieur à celui des années précédentes, qu’au niveau des projets de construction, qui ont été freinés, en plus de l’habituel marathon des oppositions, par des coûts de financement plus élevés et le niveau nettement plus élevé des prix de la construction. Les derniers chiffres permettent au secteur de respirer un peu. La rapidité du retour de l’appétit d’investissement des investisseurs institutionnels dépend de facteurs exogènes sur lesquels il est difficile d’influer, notamment d’une reprise que l’on espère prochaine des marchés boursiers. Il ne faut pas s’attendre à un retour au pays de cocagne des taux d’intérêt négatifs et de l’inflation nulle. Mais au moins, les indicateurs actuels concernant l’évolution des taux d’intérêt et les prix de la construction montrent une certaine stabilisation dans une nouvelle normalité.

Les différences régionales restent faibles

Un aperçu différencié de l’évolution des prix ne révèle pas de différences régionales importantes – ce qui est typique pour les prix de la construction : la région lémanique et la Suisse du Nord-Ouest ont connu le plus fort renchérissement annuel dans le bâtiment, avec 2,0%, alors que celui-ci était par exemple modéré dans l’Espace Mittelland, avec 0,4%. Le fait que ce soient précisément les régions plus fortement liées aux pays limitrophes qui présentent un renchérissement plus important de la construction pourrait indiquer que la pénétration du marché par les concurrents étrangers dans le secteur de la construction a diminué.

Des différences considérables entre les catégories de travail

Les principaux facteurs de hausse des prix ont été, de loin, les coûts de financement. Les honoraires et les frais de technique du bâtiment ont également connu une hausse légèrement supérieure à la moyenne, tandis que le gros œuvre et le second œuvre n’ont que légèrement augmenté et que les ascenseurs sont même devenus moins chers. Le fait que les honoraires soient un moteur de coûts supérieur à la moyenne est surprenant au vu de la stagnation nominale et de la baisse réelle des salaires. L’explication réside probablement dans un mélange de facteurs : le manque de personnel qualifié spécifique à la branche, la complexité accrue des processus de planification et également les volumes de projets en moyenne plus petits, qui entraînent des honoraires plus élevés en pourcentage.

Perspectives d’avenir : Changement de paradigme dans la gestion des matériaux de construction

Alors qu’au cours des deux dernières décennies, le renchérissement dans la construction n’a que peu varié par rapport au renchérissement général et qu’il a pratiquement suivi le rythme des salaires nominaux, un découplage s’est produit à court terme. Celui-ci est dû en grande partie à la hausse des prix des matériaux et, compte tenu de la situation mondiale caractérisée par la pénurie de matières premières, la hausse des coûts de transport et l’augmentation du prix du CO2 , on ne peut pas anticiper que cet écart se résorbera. Ce changement de paradigme a déjà été amorcé en 2022 et il est durable au sens propre du terme : le niveau de prix plus élevé devrait nous accompagner encore plus longtemps en tant que nouvelle normalité et il constitue – d’un point de vue positif – une condition préalable à la mise en œuvre de la construction circulaire et à une utilisation plus consciente des matériaux de construction et à la modernisation des immeubles existants.

Planifier, calculer et réaliser des projets de construction avec Avobis
Avobis est ancré dans tous les secteurs de l’immobilier. Nous connaissons ainsi les différents facteurs de prix ainsi que les situations régionales en matière d’autorisation et nous pensons et calculons votre projet spécifique selon différents scénarios. Vous obtenez les meilleures bases de décision et nous vous soutenons dans la mise en œuvre concrète.
L’engagement envers les ressources, la nature et la société est au centre de nos préoccupations. Notre équipe analyse, initie, planifie, dirige et contrôle votre projet jusqu’à la remise des clés. Nous harmonisons le projet sur les points économiques, écologiques et de construction. Pour des solutions globales et adaptées à vos besoins, notre équipe peut à tout moment s’appuyer sur des spécialistes internes et externes.

	
David Berlart Rund

Contact

David Belart

Head Development & ESG

Tel. +41 58 255 39 94

david.belart@avobis.ch

Brandschenkestrasse 38
8001 Zürich