Contact

Mars 2022: Analyse du marché des taux d’intérêt

Avobis Zinseinschätzung 2022

La BNS dresse le bilan de l'année 2021. Le produit intérieur brut (PIB) a progressé de 3,70%, la situation sur le marché du travail s'est améliorée au cours de l'année et le taux d'inflation s'est établi à 0,60% en moyenne annuelle.

Suisse

En faveur de la stabilité des prix, la BNS a permis une certaine appréciation du franc et a réactivé le volant de fonds propres anticyclique afin de contrer les risques sur les marchés hypothécaire et immobilier. Pour l’année en cours, les risques sont toute-fois plus diversifiés.

Le risque d’une récession mondiale est extrêmement présent depuis les récents événements politiques. La guerre entre l’Ukraine et la Russie a aggravé la pénurie sur les marchés des matières premières, déjà provoquée par la pandémie. La Suisse n’est pas épargnée, puisque le taux d’inflation s’élevait à 2,40% en mars 2022, soit une nouvelle fois au-dessus de l’objectif d’inflation de 2,00% de la BNS. La BNS reconnaît la gravité de la situation et révise désormais sa prévision d’inflation pour l’année 2022 à 2.10% (décembre : 1.0%), mais ne prévoit pas d’adaptation à plus long terme.

Le cours du franc joue également un rôle important. Depuis le milieu de l’année 2021, le franc s’est nettement apprécié par rapport à l’euro et a même franchi temporairement la limite de parité, mais il a perdu de la valeur par rapport au dollar américain et surtout au dollar australien, qui est considéré comme une monnaie de matières premières. De nombreux facteurs entrent en ligne de compte, tels que les ajustements attendus ou déjà effectués des taux directeurs, les différences d’inflation et l’argument du franc suisse comme valeur refuge. Pendant de telles phases d’incertitude, il est particulièrement important pour la stabilité des prix et la compétitivité que la BNS continue d’intervenir sur le marché des changes et annonce plutôt tôt que tard une adaptation de sa politique monétaire.

Illustration 1 : Taux d’intérêts à court terme en CHF
Illustration 2 : courbe de swap en CHF
Illustration 3 : Taux d’intérêt des crédits hypothécaires sur 10 à 15 ans
Illustration 4 : Taux d’intérêts à court terme en CHF

Donnees prévisionnelles

Nos anticipations

En révisant à la hausse sa prévision d’inflation, la BNS signale que la pression sur les prix sera plus forte que prévu en raison de la guerre, mais qu’elle devrait rester inférieure à l’objectif de 2,0% à long terme. C’est pourquoi aucune adaptation des taux d’intérêt n’est attendue pour l’instant. Toutefois, si la pression sur les prix devait évoluer contrairement aux attentes de la BNS, la trajectoire de la politique monétaire de la Banque centrale européenne (BCE) serait déterminante. En effet, la BNS procédera à une hausse des taux d’intérêt au plus tard lorsque la BCE aura adapté son taux directeur afin d’éviter une appréciation brutale du franc. Si la situation économique ne s’améliore pas nettement, nous nous attendons à ce que la BCE procède à une adaptation de son taux d’intérêt cette année encore et que la BNS lui emboîte le pas en 2023.

Étranger

Outre le déséquilibre de l’offre et de la demande, l’invasion de l’Ukraine et les événements qui y sont liés exercent une pression à la hausse supplémentaire sur l’inflation et menacent la croissance économique mondiale.

La FED ne considère donc plus l’évolution de l’inflation comme temporaire, mais juge l’inflation beaucoup trop élevée. Malgré un taux d’inflation annuel de 7,90% en février 2022, la FED continue de s’en tenir à son objectif d’inflation de 2,00%. Pour y parvenir, la FED prévoit un resserrement de la politique monétaire, qu’elle a désormais entamé, conformément aux attentes du marché, par une hausse des taux d’intérêt de 0,25%. D’autres hausses de taux sont à prévoir, car la prévision médiane du comité d’open market de la FED (FOMC) est de six nouvelles hausses de taux de 25 points de base d’ici la fin de l’année. Le marché des contrats à terme prévoit même actuellement une hausse des taux plus agressive de 50 points de base pour les mois de mai et juin.

Après la hausse des taux de la FED, on s’attendait à ce que la BCE fasse de même. Toutefois, la BCE laisse son taux directeur inchangé et les éventuels ajustements n’interviendraient que progressivement après la fin des achats nets d’actifs. En revanche, la Banque d’Angleterre a maintenant augmenté son taux directeur de 0,25% pour la troisième fois depuis le début de la pandémie.

L’impact exact sur la croissance économique mondiale est difficile à quantifier. Toutefois, l’OCDE estime par exemple que la croissance économique mondiale pour 2022 pourrait être inférieure de plus de 1,00% et l’inflation globale supérieure d’au moins 2,50% à ce qui était prévu avant le conflit. Le risque d’une stagflation suivie d’une récession continue donc d’augmenter.

Illustration 5 : Taux directeurs
Illustration 6 : Indices des prix à la consommation
Illustration 7 : Rendements des obligations d’État à 10 ans
Illustration 8 : Anticipations d’inflation implicites sur le marché

Nos anticipations

La FED reconnaît désormais l’inflation comme un problème à long terme, mais ne souhaite pas adapter son objectif d’inflation. Au lieu de cela, la FED souhaite dompter l’inflation en procédant à plusieurs hausses de taux et en réduisant son bilan. Le marché ne reflète pas entièrement la crédibilité de la banque centrale, car par exemple le seuil de rentabilité de l’inflation pour les échéances supérieures à 10 ans est nettement supérieur à l’objectif d’inflation. Par conséquent, les attentes d’une hausse des taux d’intérêt de 50 points de base – telle qu’elle est anticipée sur le marché des contrats à terme – au lieu de 25 points de base ne sont pas infondées. Nous nous attendons donc à une hausse d’au moins 0,25%. L’économie mondiale se rapproche de plus en plus de la stagflation, c’est pourquoi il sera également nécessaire pour la BCE de procéder à une hausse des taux d’intérêt au plus tard à la fin des achats nets. Toutefois, nous ne prévoyons pas d’ajustement des taux d’intérêt pour le moment.

Donnees prévisionnelles

Clause de non-responsabilité

Les informations fournies le sont à des fins publicitaires. Elles ne constituent pas un conseil en matière d’hypothèque et/ou d’investissement, Ne sont pas fondées sur une quelconque prise en compte de la situation personnelle du destinataire et ne sont pas le résultat d’une analyse financière objective ou indépendante. Les informations fournies ne sont pas juridiquement contraignantes et ne constituent ni une offre ni une invitation à conclure une transaction financière. Ces informations ont été élaborées par Avobis Group AG et/ou les entreprises qui lui sont liées (ci-après Avobis) avec le plus grand soin et en toute bonne foi. Les informations et opinions contenues dans ce document représentent le point de vue d’Avobis au moment de sa rédaction et peuvent être modifiées à tout moment et sans préavis. Elles proviennent de sources considérées comme fiables. Avobis ne donne aucune garantie quant au contenu et à l’exhaustivité des informations et décline toute responsabilité en cas de perte résultant de l’utilisation des informations. Sauf mention contraire, tous les chiffres ne sont pas vérifiés. Les informations contenues dans ce document sont destinées à l’usage exclusif du destinataire. Ni les présentes informations ni leurs copies ne peuvent être envoyées ou emportées aux Etats-Unis d’Amérique, ni distribuées aux Etats-Unis d’Amérique ou remises à des US Persons (au sens de la Regulation S du US Securities Act de 1933, dans sa version modifiée). Toute reproduction partielle ou totale de ces informations est interdite sans l’autorisation écrite d’Avobis.

Avobis Group AG 2022