Contact

Micro-appartements et co-living : une niche ou des concepts d’habitation porteurs ?

23 10 Micro Apartements Und Co Living

De plus en plus d'agences immobilières proposent des micro-appartements et des co-livings, surtout dans les villes. Que se cache-t-il derrière ces concepts d'habitat d'un nouveau genre et dans quelle mesure sont-ils prometteurs ?

Au printemps 2023, l’offre de micro-appartements « Ariv » a été inaugurée à Bâle : Plus de 150 mini-appartements sont disponibles sur le site de Stücki, au nord-est de la ville. Ariv se vante de proposer des logements disponibles rapidement et de manière flexible, qui allient la sphère privée d’un propre appartement au confort d’un hôtel. Les locataires doivent en outre profiter d’une communauté active. Pour cela, Ariv propose 1500 m2 d’espaces communs pour travailler, se rencontrer, s’entraîner ou se détendre – par exemple un espace de coworking, une salle de sport, un bar et une bibliothèque. Une cuisine commune et des événements réguliers font également partie de l’offre. Ceux qui souhaitent y vivre plus longtemps peuvent s’inscrire auprès des autorités en indiquant leur adresse et bénéficient d’une boîte aux lettres et à paquets privée. Ariv est un exemple réussi de la manière dont l’habitat, le travail et l’hôtellerie peuvent être commercialisés en tant qu’offre globale attrayante.

Offre pour les expatriés, les voyageurs d’affaires et les résidents hebdomadaires

Sont concernés par exemple les expatriés qui viennent d’arriver en ville et qui ne cherchent pas seulement un logement central, mais qui souhaitent également se constituer un réseau et découvrir leur nouveau lieu de résidence. Les voyageurs d’affaires qui ne restent que quelques jours dans une ville font également partie du groupe cible, tout comme les résidents à la semaine ou les personnes qui considèrent le co-living et le compact living comme un style de vie. En moyenne, un micro-appartement en Suisse fait environ 30 m2. En comparaison, nous vivons en moyenne dans près de 47 m2 par personne. Ces dernières années, des offres correspondantes ont vu le jour dans toutes les villes, par exemple City Pop avec plusieurs sites suisses, The Jay à Adliswil ZH ou Microcosmo à Coire. Les centres économiques qui attirent une main-d’œuvre jeune et mobile se prêtent en premier lieu au co-living et au micro-living. Ceux-ci attendent des immeubles modernes à un emplacement central, on trouve souvent des micro-appartements & Co. sur des sites à usage mixte dotés d’une très bonne infrastructure et d’un bon accès aux transports.

Un concept intéressant pour les investisseurs et les prestataires de services immobiliers

Ces offres ne concurrencent-elles pas le marché du logement traditionnel ? C’est une question que les exploitants de micro-appartements entendent plus souvent. Leur argument : de tels concepts sont toujours des produits de niche (notamment le co-living) qui complètent le marché du logement locatif et aussi celui de l’hôtellerie, mais ne les remplacent pas. Ils constituent une offre pour les phases de la vie où la flexibilité est avant tout requise.

Pour les promoteurs et les bailleurs immobiliers, le micro-living peut être un concept attrayant, car le loyer au mètre carré est plus élevé que pour les logements classiques.  Il est essentiel que le taux d’occupation soit suffisamment élevé, ce qui n’est pas réalisable dans de nombreux endroits. Outre le rendement plus élevé, les contrats de location à durée limitée offrent également une plus grande flexibilité du côté du propriétaire ou du bailleur. En revanche, les frais de changement sont plus élevés. Les micro-appartements sont particulièrement intéressants pour les investisseurs qui souhaitent diversifier leur portefeuille immobilier.

De plus en plus de ménages d’une seule personne
Selon l’Office fédéral de la statistique, plus d’un tiers des ménages privés ne comptent qu’une seule personne (37%, enquête de 2022) – la tendance est à la hausse, même si la pénurie de logements et la hausse des loyers interrompent actuellement la tendance. Par la force des choses, les Suisses se rapprochent à nouveau les uns des autres. Dans les villes, le ménage d’une personne reste toutefois la forme de logement la plus fréquente. La demande de petits logements – et donc de micro-appartements – est donc élevée. L’Institut Gottlieb Duttweiler écrit à ce sujet dans son étude « Microliving » : « La popularité du style de vie en solo est également liée à la méga-tendance de l’individualisation : la liberté sociale et la possibilité économique de prendre sa vie en main ».

Optimiser son portefeuille immobilier avec Avobis

Locataires à long terme ou à court terme : avec quel mix avez-vous la meilleure exploitation de votre bien immobilier résidentiel ? Il existe également différents groupes cibles et formats pour les micro-appartements et le co-living, sur lesquels le positionnement doit être adapté suffisamment tôt. Avobis analyse et calcule pour vous les différentes options et scénarios afin que vous puissiez prendre la meilleure décision pour votre bien et votre portefeuille.

	
David Berlart Rund

Contact

David Belart

Head Development & ESG

Tel. +41 58 255 39 94

david.belart@avobis.ch

Brandschenkestrasse 38
8001 Zürich